• LA RAISON DE LA DÉRAISON...

    LA MINE....

    Luc a fait un bon et regarde Ray effaré…..
    - tu déconne ?
    - non Luc blessure en Novembre 18 …….dernière attaque , dernier obus , dernière connerie d’un général borné ?
    - bah mon pauvre vieux….
    - non Luc , je suis vivant ….enfin….pas complètement car la vie sans une femme a aimé ce n’est pas tout a fait la vie…..alors pour moi reste le combat ….et l’amitié puisque je n’ai plus droit a l’amour .
    - Ray je t’admire …. tu sais ici la vie peut être courte car toutes les nuits nous passons la frontière pour tâter les défenses des boches……et nous « travaillons » par groupe de deux ….je peux demander a Momo que tu sois mon co-équipier …….
    - d’accord Luc

    Et dans ce contexte particulier de la « fausse guerre » du début un grande amitié vas naitre entre celui qui se nomme lui-même l’amoché et Luc qui n’est peut-être pas sans problème non plus .
    Les commandos qui s’infiltrent toutes les nuits dans le territoire allemand comprennent vite que le fou de Berlin a découvert sa frontière pour tout porter sur son invasion de la Pologne . Ils comprennent vite qu’en face d’eux il n’y qu’un minimum de troupe et pas les plus aguerris . Alors Momo fait remonter a l’Etat-major les renseignements et lance ses hommes de plus en plus loin chez les Allemands ….
    Cette nuit encore……
    - Luc attention a droite…..bouge plus …..
    Ray se rapproche doucement et réalise que le petit fil tendu a 10 cm du pied de Luc est un piège la mine doit être là……
    Tous les deux reculent dans leurs traces et se regardent….la faire sauter ? Mais ils en ignore la puissance……alors Ray n’en crois pas ses yeux . Luc a sorti de sa poche un fil souple …il fait avec beaucoup de précaution une boucle autour du fil de la mine……fait signes Ray de reculer avec lui …et ils se couchent derrière un petit tertre . Ray respire très fort ….avec un petit creux a l’estomac …les deux hommes se regardent….
    - vas y ….murmure Ray d’un voix un peu déformée par l’angoisse du résultat …..Luc d’un coup sec tire sur le fil et se couche dans l’attente de l’explosion….rien …..mais prudent ne se relève pas tout de suite….quelques minutes passent et Ray entend nettement le déclenchement d’un système automatique . Il a compris….
    - Couche toi Luc….mais Luc aussi a compris et ne s’est pas relevé…..
    Les balles de la mitrailleuse automatique passent en miaulant au dessus de leur tête …réglée pour tuer un maximum elle doit tourner sur un trépied……
    Déjà les deux copains scrutent l’ombre des sapins et repèrent vite la lueur des tirs de la bête infernale . Ils comprennent vite que la hauteur du tir est constant….alors en rampant ils se rapprochent ….tout en observant….mais a ce moment ….

    A suivre

    LA RAISON DE LA DÉRAISON...

    Etude de la maquette au 300eme du fort de Condé par Jean Bellamy ,  avec emploi de plâtre , balsa , polystyrène extrudé . La pointe du fort ouest .

    « POUR L'AMOUR DE LA ROUTE ....LE LENDEMAIN DE LA GAMELLEI N T E R M E D E.... a la déraison de la raison.....! »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 16 Novembre 2014 à 12:07

    et alors ? et alors ?.... tu nous tiens en haleine.

    bisous

    2
    Dimanche 16 Novembre 2014 à 12:44

    Bonjour Moune

    Bonne journée et tu devras attendre Mardi car la suite est seulement dans ma tête et pas encore écrite !

    Bisous

    Jean

    3
    Blue Hawaian
    Dimanche 16 Novembre 2014 à 13:14
    Bonjour Balsy. Bien beau rėcit qui nous fait prendre conscience des horreurs de la guerre. A quand la paix sur terre ? Comme le dit le titre de ton blog... La vie devrait etre chouette pour tous les humains. Et la haine est malheureusement dans le coeur des hommes. J'espere que tu reprends la forme. Bises de mon ile.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :